[RDV] le 13 de l’horreur – Bird Box

par La Chouette

Cela fait des années que j’avais lu le livre Bird Box de Josh Malerman et cela avait été un énorme coup de coeur ! Une fois terminé, je m’étais replongé immédiatement dans ce livre pour être sûre de n’avoir raté aucun détail ! Alors forcément, quand j’ai appris la sortie du film, je me suis jetée dessus !

Bande annonce VF de Bird Box avec Sandra Bullock

Genre : Épouvante / Horreur 
Date de sortie au cinéma : 21 décembre 2018
Réalisateurs : Susanne Bier
Acteurs: Sandra Bullock, Trevante Rhodes, Sarah Paulson…
Oeuvre originale : Bird Box de Josh Malerman
Public : Interdit au moins de 12 ans

De quoi ça parle ?
Alors qu’une mystérieuse force décime la population mondiale, une seule chose est sûre : ceux qui ont gardé les yeux ouverts ont perdu la vie. Malgré la situation, Malorie trouve l’amour, l’espoir et un nouveau départ avant de tout voir s’envoler. Désormais, elle doit prendre la fuite avec ses deux enfants, suivre une rivière périlleuse jusqu’au seul endroit où ils peuvent encore se réfugier. Mais pour survivre, ils devront entreprendre ce voyage difficile les yeux bandés.

Alors oui, je vous parle d’un film qui est sorti il y a presque deux ans maintenant mais il fait vraiment partis de l’un de mes films doudou ! Tout comme le livre que je trouve extraordinaire ! Car ce film, vous plonge pendant deux heures dans une angoisse, une incompréhension et surtout, vous rends aveugle. Il vous montre que malgré toute notre technologie, l’homme continuera toujours à être dépendant de sa vue.

C’est la force et la nouveauté de ce film ! Quoi qu’il se passe, quoi que vous compreniez, que vous entendiez, pour survivre, vous n’avez qu’un seul choix, vous rendre aveugle. Et nous, spectateur, sommes dans la même situation que chacun des personnages, incapable de voir la menace. Ce film, dans les vingts premières minutes, nous présente le basculement de la vie de Malorie, déjà pas facile, à la dureté de la survie.

Je sais que c’est difficile d’aimer quelqu’un que l’on ne connait pas encore. Mais vous êtes enceinte, ce n’est pas un gros mot vous savez.
Gynécologue

Tout d’abord, le film nous offre un aperçu du présent avec Malorie qui embarque sur un bateau avec deux jeunes enfants. Puis, il nous est montré le passé, avec le moment où la vie de Malorie sombre dans la survie. Et tout le film va garder cette alternance. On va voir un élément du présent, un élément du passer, pour nous permettre de comprendre le « Comment Malorie en est arrivée là ? Qui sont ces deux enfants et que sont devenu les autres survivants ? »

Une interprétation plus ou moins fidèle

Je dois dire que les acteurs de ce film sont captivants. Sandra Bullock interprète merveilleusement bien cette jeune femme qui refusait la réalité de sa grossesse et se retrouve en pleine apocalypse avec d’autres survivants tous très différents. Chacun des personnages à un rôle clair et bien défini sans que l’on ne tombe dans la facilité scénaristique. Nous allons nous confronter très vite à leurs peurs, mais également à la folie des humains, leurs instincts de survie et leur égoïsme.

Alors les puristes diront qu’ils y a de vrai distinctions entre le film et le livre… Et ils auront raison. Certains choix fait par le film apportent un vrai plus, comme la sortie en voiture permettant grâce aux capteurs, de se déplacer. D’autres, comme la présence de Tom à des moments de l’histoire où il n’est pas censé l’être, adoucit un peu l’histoire alors que dans le livre, la solitude de Malorie est bien plus pesante, et très vite. La maison accueillant Malorie est censé être la maison d’un survivaliste dans le livre, ce qui explique que la capacité à ce groupe de survivre aussi longtemps. C’est passé sous silence dans le film et c’est vraiment dommage car cela soulève, à mon sens, trop d’interrogation. Il y a pleins d’autres éléments qui diffère mais c’est au choix de chacun de décider ce qu’il souhaite en garder.

La folie des hommes est-elle plus dangeureuse que tout ?

Car oui, si les créatures et la folie qu’elles engendrent, créant à ceux qui les voient la volonté de mourir, les personnes déjà « folles », elles ne subissent apparemment pas d’effet… Si ce n’est peut être une volonté encore plus forte de tuer les autres survivants. C’est souvent le choix que font beaucoup de films traitant d’apocalypse. Et c’est la direction que prend ce film de manière très claire alors que c’est surtout très suggéré dans le livre.

C’est pour moi, un petit bémol, car il est passé sous silence des moments très effrayants vis à vis de la solitude de Malorie, de la suite de son accouchement, ou encore de la perte des seuls liens qu’elle arrive à créer… Il faut se rappeler qu’elle ne donne aucun prénom aux enfants… C’est un fort message de la part d’une mère. Si cela reste un très bon film, car la folie reste très bien représentée, le montre le plus effrayant de cette histoire n’est plus le monstre mais l’Homme.

Un très bon film traitant d’apocalypse et de survie brute, excessivement réaliste, et innovant par le fait que jamais, nous n’apercevons les créatures…

Vous devriez aimer :

  • Sans un bruit
  • Silence
  • Le livre

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous présumons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous retirer si vous le souhaitez. Accepter Lire plus