The Missing Obsession d’Angel Arekin

par La Chouette

Editeur : Black Ink Editions
Date de sortie : 15 mars 2019
ISBN-10 : 1097125936
Prix : 17,00 €
Disponible sur liseuse : Oui à 4,99 €

De quoi ça parle ?
« Tu es enfermée ici, mais je le suis avec toi. Toujours. Ne l?oublie pas. » Que feriez-vous si vous vous réveilliez un matin dans une cellule, pris au piège d’un détraqué possessif et mystérieux ? Que feriez-vous si vous deviez lutter pour votre survie tout en combattant pour préserver votre esprit ? Captive d’une pièce aux murs froids, Faustine n’a que deux possibilités : s’accrocher à la vie en se soumettant aux caprices de son ravisseur ou affronter ses tourments et ne pas être certaine de s’en sortir indemne. Mais c’est sans compter l’esprit machiavélique et retors de celui qui la retient prisonnière. Jusqu’où a-t-il l’intention de l’emmener ? Entrez dans la pièce à vos risques et périls, vous n’êtes pas certains d’en ressortir vivants…

Je ne suis pas une grande fébrile de dark romance… En vérité j’ai de grosse phases où je vais me noyer dans du culcul ou au contraire, partir sur du trash et de l’horreur. Si je me suis décidé à lire ce livre, c’est car j’ai découvert cette auteure grâce au livre Gabriel de la série « Is it love ? » J’avais apprécié sa plume et une de mes amies m’a poussé à lire d’autres livres de cette auteure, qui était loin d’avoir montré tout son talent.

Pourtant, la dark romance, le concept j’en suis pas très fan, même si quelques-unes de mes auteures tombent dedans ou surfent un petit peu avec le concept. Finalement… Coup de coeur !

Un début mouais… Mais addictif !

Alors, cela va être extrêmement compliqué pour moi de vous parler de ce livre sans le spoiler… Car il y a vraiment deux parties à cette œuvre. La première, c’est la partie sombre. Celle où, lorsque Faustine se réveille, c’est pour se rendre compte qu’elle est aux mains d’un kidnappeur sociopathe.

Un: c’est d’abord la découvertePourquoi Faustine est là ? Comment Seth (son kidnappeur) cherche à se faire aimer d’elle alors qu’il pourrait « seulement » prendre ? Pourquoi cette violence ? Du suspense, de la peur, de l’angoisse… La plume de l’auteure décrit extrêmement bien les états d’âme des deux protagonistes… On a peur, on lutte, on ne comprend pas pourquoi ce « jeux » pervers…

Il n’existe aucune raison pour aimer, Faustine. C’est un tas de petits rien, c’est physique, viscéral, dans les tripes et dans le cœur. Ce n’est pas réfléchi ou calculé, ce n’est pas non plus un simple désir. C’est un coup de poing qui fait chanceler, qui détruit tes propres croyances, qui te pousse à l’excès, qui t’entraîne loin, vers des pentes que tu ne pensais pas emprunter. C’est de la démence.

Seth

Mais, cette première partie, c’est déjà vu. J’ai déjà lu des histoires qui se déroulent de cette façon… Donc quelque part, même si j’avais du mal à lâcher ma lecture, j’étais en terrain connu. Les flashs back de la vie de Faustine nous permettent d’en connaitre plus sur elle et Seth mais… Il y a quelque chose qui déconne quelque part ! et c’est ça ! qui rend le truc addictif !

Un bon développement de la psychologie

On sent que les deux personnages sont au bord de la folie. Ils surfent avec elle, semblent tomber dans le précipice avant d’en sortir in extremis… Et pourtant, je n’arrivais pas à saisir. Dès le début, quelque chose nous échappe… Seth semble avoir un contrôle absolu sur la situation et pourtant…

Pourtant, on le voit lutter régulièrement contre une possible perte de contrôle. On le sent fébrile, énervé, agacé mais suffisamment « sain d’esprit » pour ne pas flancher… Les personnages vont se dévoiler, et nous allons découvrir que finalement, Seth n’est pas si inconnu que ça dans l’univers de Faustine.

Leurs échanges, leurs pensées, ils vont partager beaucoup avec nous jusqu’à briser les codes que j’attendais presque de ce huis clos. Rapidement, la possibilité d’un syndrome de Stockholm va nous être retiré… Du coup, difficile pour moi de voir un avenir « romance »… Mais l’auteure a extrêmement bien travaillé son sujet ! On va parler de psychologie, de pathologie et surtout, dans un contexte ahurissant, d’amour…

Il y a un moment très précis du livre, où, à la manière d’Alice, on bascule dans un second univers… C’est l’arrivée d’un troisième personnage qui devient la clé de tout… Et BOUM, on tombe dans le terrier… A tel point que j’ai relu immédiatement le juste avant et juste après l’introduction et la conclusion de ce nouvel arrivant. Je me suis fait mener par le bout du nez !

Un amour à tout épreuve…

Car du début à la fin, il ne s’agit que d’amour. Dès le début, Faustine se retrouve aux prises d’un homme qui souhaite qu’elle l’aime. Dans ses flashbacks, on la voit donner son corps mais refuser son amour. On la voit aimer un homme qui se refuse, puis en aimer un second qui disparaît… L’amour est omniprésent.

Le dénouement arrive tôt mais la seconde partie du livre va tout expliquer au lecteur pour qu’il comprenne ce qu’il vient de partager avec les personnages. Un amour sombre, malsain, addictif… Des scènes violentes, une emprise malsaine, une souffrance infinie… Mais juste une façon d’aimer…

Une belle claque ! Rien que d’écrire cette chronique, j’hésite à le relire !

Vous devriez aimer :

  • Une fille parfaite de Mary Kibica
  • Sans coeur d’Angel Arekin
  • Dirty Duet d’Angel Arekin

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous présumons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous retirer si vous le souhaitez. Accepter Lire plus